Olivier: +33608745147 - Pascale: +33769143209 contact@qualitedevieautop.com

L’Improvisation Libre: ImproSo®

ImproSo : Ou la Sophro au service de l’improvisation.

1. L’improvisation, c’est la vie

Quand j’improvise, je suis dans l’instant présent…et j’y reste : littéralement je ne prévois rien !
« ça compose » avec ce qui est et ce que je suis à cet instant. Ce qui se passe alors jailli des échos de ce que je perçois du contexte : le lieu, les personnes présentes, l’environnement avec l’atmosphère du moment, sa lumière. C’est une manifestation de vie.
L’improvisation est alors d’autant plus jouissive et savoureuse que la palette de mes perceptions est large, et mes possibilités d’expression sont disponibles. C est un échange qui aboutit à l émergence de ma contribution.
  • Dans nos expériences d’improvisation il est donc question d’ouvrir nos sens et d’affiner nos perceptions, comme un musicien entraîne son oreille à la reconnaissance des variations des sons.
  • Dans le même temps le parcours proposé permet à chacun de découvrir ce qui l’habite, ainsi que la palette et l’étendue de ses ressources  pour élargir ses moyens d’expression ;
  • Lorsque c’est une expérience collective, l’improvisation met en jeu toutes les compétences sociales et se nourrit des contacts et interactions. Tandis qu’elle développe une intelligence collective créatrice, elle apaise dans le même temps les peurs de l’exposition par le plaisir du jeu.
L improvisation qui est présentée ici est celle de l’improvisation libre qui met en jeu une posture choisie par laquelle chacun s entraîne à ouvrir ses perceptions « faire avec » et explorer ses possibles sans but pré-établi. C est une autre manière de côtoyer l inattendu en retrouvant la fluidité de l envie et de la vie. La pratique de l improvisation libre est donc un outil pertinent pour nourrir la confiance en soi, la gestion du stress, les compétence sociales. Finalement, elle favorise l’épanouissement personnel.
Aussi « L’improvisation libre, ça ne se prépare pas, mais cela se travaille. » Emmanuelle Vincent, violoncelliste au CRR de Lyon.

1. Ouvrir et développer le champ de mes perceptions

Lorsque Alain Savouret crée une classe d’impro libre en 1992 au Conservatoire National Supérieur de la Musique et de la Danse de Paris, il observe que « l’entendre génère le faire » qui nourrit le jeu collectif des participants à l’improvisation musicale et développe « le solfège de l’audible ».
Plus globalement mes perceptions sont comme des filtres : ainsi je filtre le réel. Prenant conscience de ces filtres, je comprends différemment mes interactions avec l’environnement, avec l’autre. Lorsque j’affine mes perceptions, je crée une dynamique nouvelle qui m’ouvre à ce qui m’entoure et me révèle à moi-même.

2. Explorer mes possibles

Par l’expression je crée ma réalité qui agit comme un miroir de ce qui m’anime, de ce que je ressens. Je me découvre sous un regard neuf, dans l’instant.

3. La dimension collective

L’improvisation collective parce qu’elle favorise une attention ouverte sur toutes les stimulations diminue l’anxiété générée par les préoccupations de comparaison et les corollaires égotiques. Parallèlement se développe une convergence de la créativité collective qui peut se manifester par d’étonnantes synchronicités, comme un puzzle duquel émerge une cohérence. Cela s ‘appelle peut-être l’harmonie ?

2.  So, comme Sophro

Le fondateur de la Sophrologie, Alfonso Caycedo la définit comme « l’étude de l’équilibre de l’esprit ».
La Sophrologie propose ici un ensemble de pratiques qui permettent par le retour au corps à travers des exercices de respiration et de Relaxation-Dynamique, la mise en évidence des relations d’équilibre corps-esprit. La détente du corps induit une détente psychique, et réciproquement : l’apaisement du mental permet un relâchement des tensions corporelles. Ces pratiques favorisent la confiance en soi, la prise de conscience des déterminants et croyances limitantes pour les dépasser, l’orientation et la maitrise de son énergie vitale etc.., comme autant de domaines d’élargissement de la conscience.
Dans le contexte de l ImproSo, cette pratique permet à chacun de trouver très rapidement un état de disponibilité propice à l’improvisation.

 

Les fondateurs

L’atelier d’improvisation « ImproSo » est né en 2010 de ma rencontre avec Aude Miller, violoniste à l’orchestre philharmonique de Liège et à l’Orchestre de chambre de Luxembourg. Diplômée du Conservatoire National de Paris,  Aude avait suivi la classe d’improvisation d Alain Savouret au cours de son cursus. De mon côté, je participais régulièrement aux stages d’improvisation « les voies de la voix » d’Emmanuelle Vincent et Jean-Lucien Jacquemet. Notre rencontre à Luxembourg  nous a donné l’envie de créer cet atelier à l’adresse de chanteurs et de musiciens pour développer l’improvisation libre à partir de l’approche Sophrologique. Cet atelier s’est ensuite décliné et ouvert à divers publics.

Abonnement à notre Newsletter

Pour recevoir nos actualités, nos dates de conférences, de stages, …